A propos

SFPMed

Nos 3 domaines d’activité

La Société Francophone des Lasers Médicaux, SFLM, a été  fondée en 1981. A sa création, la SFLM s’était fixée comme objet de promouvoir et coordonner toutes actions permettant le développement de l’utilisation du laser en médecine. Cette société qui réunissait, dès l’origine, médecins, scientifiques et  industriels a pu remplir avec succès la mission qu’elle s’était fixée, en particulier en organisant chaque année un ou plusieurs congrès et en rédigeant des ouvrages, notamment l’encyclopédie des lasers en Médecine et en Chirurgie, éditée en 1995. Le Diplôme InterUniversitaire Européen des Lasers Médicaux a été créé par un des membres fondateurs de la société et cette dernière y joue toujours un rôle actif, contribuant ainsi à la formation au laser de nombreux médecins. La SFLM a été successivement dirigée par le Pr Maurice Bruhat ✞ (1981-1988), le Pr. Jean-Marc Brunetaud (1989-1999), le Dr. Frédéric Laffitte ✞ (2000-2006), le Pr. Bertrand Devaux (2007-2010) et le Pr. Serge Mordon (2011-2018).

Aujourd’hui, les évolutions technologiques et les besoins de la médecine nous ont conduits à élargir notre champ d’actions en ajoutant deux nouvelles thématiques en plein essor : la Thérapie PhotoDynamique (PDT) et l’Imagerie Optique Médicale. La SFLM a donc décidé de changer de nom pour devenir en 2019 la Société Francophone de Photonique Médicale, SFPMed. La SFPMed est une association à but non lucratif qui rassemble des chercheurs académiques, des professionnels de la médecine et des industriels. C’est un lieu d’échange entre ces acteurs qui souhaitent œuvrer à la connaissance, la promotion et l’évolution de la Photonique dans le domaine médical.

Ses principaux domaines d’action sont :

  • l’organisation et la tenue d’un congrès annuel en début d’année,
  • l’implication dans l’organisation et la tenue de congrès concernant les Lasers Médicaux, l’Imagerie Optique Médicale et la PDT,
  • un site Web : www.sfpmed.org, avec un agenda des évènements à venir (congrès, workshop …), des actualités scientifiques et industrielles, des liens utiles, des présentations d’industriels et les comptes-rendus et présentations de nos congrès (réservés aux membres adhérents),
  • l’envoi d’informations régulières par mail,
  •  être un interlocuteur représentatif pour les instances publiques (HAS, ANSES, ANSM…) et professionnelles (SNITEM, Photonics France, …) et les sociétés nationales ou internationales (SFD, SFO, ELA, IPA, GFP2P, SFPB…) des trois thématiques.
Comment devenir membre de la SFPMed ?

Rejoignez-nous

La SFPMed demande à ses futurs membres de s’engager à promouvoir le « bon usage de la photonique en médecine ». Néanmoins, l’appartenance à la SFPMed ne confère à ses membres aucune reconnaissance d’une compétence particulière et elle ne peut en aucun cas être tenue pour responsable des agissements de ses membres. D’ailleurs (et à titre d’exemple) la SFPMed n’envisage pas d’effectuer de démarche auprès du Conseil National de l’Ordre des Médecins qui viserait à obtenir l’autorisation pour ses membres de mentionner leur appartenance à la SFPMed sur leurs ordonnances.

Informations administratives

Organigramme

Présidente, Responsable PDT

Céline FROCHOT

Vice-président, Responsable Imagerie Optique Médicale

Marc FAUCHEUX

Vice-président, Responsable Lasers Médicaux

Bertrand DEVAUX

Trésorier

Serge MORDON

Lasers Médicaux & News letter

François WILL

Secrétaire

Marine AMOUROUX

Lasers Médicaux & relations Groupe laser SFD

Gérard TOUBEL

Actualités

10/2020 - La photonique et SARS CoV2

L’action germicide de rayonnements UV C (200 – 280 nm) est connue depuis longtemps. Les photons UV-C,
particulièrement autour de 260 nm, endommagent le matériel génétique des virus, bactéries et champignons.
L’irradiation germicide des UV-C (UVGI) est déjà largement utilisée pour la décontamination de l’eau, de l’air
et de surfaces. Elle est notamment utilisée dans des salles de classes (USA) et dans des hôpitaux.
Néanmoins, son utilisation est délicate et ne peut être utilisée qu’en l’absence de personnes.
En effet, les UVC utilisés aujourd’hui (254 nm lampe à mercure ou 265 nm LED) pénètre les couches
superficielles de la peau et de l’œil, causant des dommages importants (mélanome, brulure de la
cornée et de la rétine). Aujourd’hui des études récentes montrent l’intérêt des UV-C à 222 – 230 nm
(Buonanno, M.,et al. « Far-UVC light (222 nm),efficiently and safely inactivates airborne human
coronaviruses » Sci Rep 10, 10285 (2020). https://doi.org/10.1038/s41598-020-67211-2), ceux ci ne pénétrent
pas les couches superficielles et, ontaussi un pouvoir germicide quasi équivalent aux UV-C autour de 260 nm.
Avec des doses de 3 mJ/cm2 à 222 nm pendant 10 et 30 s d’irradiation sur des surfaces contaminées avec du
SARS CoV-2 des réductions de 88.5 (0.94 Log) et 99,7 (2.5 Log) ont été obtenues par une équipe de l’Université
d’Hiroshima (https://doi.org/10.1016/j.ajic.2020.08.022). Les UVC à 222 nm sont produits par une
lampe excimer Krypton Chlore de Ushio Inc (Japan). Les lampes excimer sont complexes et difficiles
à intégrer comparées à des LED. 2 équipes allemandes (Ferdinand Braun Institut et Technische Universitat
Berlin) ont développé des LED à 230 nm. 118 LED sont assemblées et émettent au total 0.2 mW/cm2
sur 6 x 6 cm avec 90% d’uniformité. Deux appareils sont en cours de tests en efficacité germicide et
action sur la peau.

01/2020 - Marché du laser Médical et Esthétiques

Annual Laser Market Review and Forecast 2020
Medical & Aesthetic After several years with annual revenue growth rates exceeding 10%, the medical laser sector took a breather in 2019, with laser revenue growth slowing to a still-very respectable 6.7% (see Fig. 5). Medical laser revenue can be broken down into four distinct segments: dental, aesthetic, ophthalmic, and surgical.
Dental laser sales were up slightly in 2019, after an unusually strong 2018. While dental lasers make life easier on both dentists and patients, insurance companies have been slow to reimburse dentists for their use, and since most dental offices are small, the cost of lasers can be prohibitive.
Surgical laser revenue had a fantastic showing in 2019, after the U.S. FDA approved new lasers for use in prostate surgery.
Surgical use of lasers is growing, as lasers can often provide a more precise result, and, unlike surgical tools, a laser beam itself cannot spread germs.
LASIK surgeries and other laser ophthalmology uses of lasers have been on the upswing for the last three years. This reflects a strong economy in many places and a growing population that can afford such procedures because, in most cases, these surgeries are elective. Of late, we do see some slowing occurring in this segment.
For aesthetic and cosmetic laser revenue, things were not so rosy. For many years, this segment has performed very well, helped not only by the transition to lower-cost laser diodes, but also by an aging population that sees the value in non-surgical procedures. However, in 2019, laser revenue growth rates that had been typically over 10% have dipped to 4%. It is likely that China/U.S. trade tariffs have had some impact here since there are large numbers of aesthetic lasers going to and coming from China and the U.S. The slowdowns in the economies of China, Europe, and other parts of Asia have not helped either.
In the future, we expect medical laser revenue to slow from the growth in 2019. Much of the growth has been fueled by a growing middle class in many parts of Asia, but with economic slowing occurring in these areas, elective medical procedures, especially in aesthetic areas, may be reduced.

12/2019 - Lumibird (France) a acquérir les activités lasers et ultrasons d'Ellex (Australie)

Lumibird a signé un accord avec la société australienne Ellex Medical portant sur l’acquisition des activités laser et ultrason d’Ellex pour 100 millions de dollars australiens (environ 62 millions d’euros). La réalisation de l’opération est prévue mi-2020. Elle sera financée en partie sur fonds propres et par endettement bancaire.
« Cette acquisition donnera naissance à un leader mondial des technologies laser et ultrasons pour le diagnostic et le traitement des maladies oculaires », explique Lumibird.
Dans le détail, l’accord signé le 23 décembre 2019 prévoit l’acquisition par le groupe Lumibird de l’ensemble des activités laser et ultrason d’Ellex, qui représente un chiffre d’affaires pro forma de 65,5 millions de dollars australiens (exercice clos au 30 juin 2019).
Les actifs acquis incluent la marque Ellex, le site de R&D et production basé à Adelaïde et les filiales commerciales basées en Australie, au Japon, aux USA, en France et en Allemagne. La combinaison des activités médicales de Lumibird (via sa filiale Quantel Medical) avec celles d’Ellex recèle  » un fort potentiel de croissance et de création de valeur « , indique Lumibird.
La nouvelle branche Medical du groupe Lumibird ainsi étendue se donne comme objectif de réaliser à horizon 2021 un chiffre d’affaires de 90 millions d’euros. L’activité Medical de Lumibird représentait, en 2018, 33,6 millions d’euros de chiffre d’affaires.